Bastien : "Le carton rouge est évident"

alt null
  • Publié : 1 avril 2024 à 16:11
  • Dernière modification : 1 avril 2024 à 16:15
Sous le feu des critiques suite à ses décisions litigieuses lors d'OM-PSG ce dimanche soir (0-2, 27e Journée de L1), Benoît Bastien a été invité à s'en expliquer.

Si une victoire au stade Vélodrome en infériorité numérique est très savoureuse pour tout supporter parisien, l'exclusion de Lucas Beraldo à la 40e minute de la rencontre a semblé déraisonnée (rappel des faits ici : Paris éteint le Vélodrome). Même dans l'autre camp, ce carton rouge direct à l'encontre du défenseur brésilien a énormément surpris.

Sollicité par les équipes de Prime Video après le coup de sifflet final, Benoît Bastien a pu expliquer sa vision des choses : "Je suis alerté dans un premier temps par mon arbitre assistant qui m'indique qu'il y a une faute de Beraldo qui bouscule Aubameyang. De par son positionnement, c'est lui qui est le mieux placé pour identifier cette bousculade au sens des lois puisqu'il lui fait perdre à Aubameyang) sa capacité à jouer l'action ensuite. […] Ensuite, je suis alerté, à juste titre, par mon arbitre assistant vidéo pour réanalyser l'action parce que nous sommes dans un cas de potentiel carton rouge. Après visionnage des images, c'est une évidence pour moi que cette faute doit être sanctionnée d'un anéantissement d'une occasion nette de but."

L'arbitre français s'est ensuite épanché sur ce concept d'évidence : "C'est une évidence dans le sens où le critère numéro un est la position des défenseurs en capacité d'intervenir. Au moment de la faute, la dynamique de l'action vers la profondeur, la capacité, pour moi, qu'a le joueur offensif à pouvoir continuer l'action, maîtriser le ballon et l'absence de défenseurs en capacité d'intervenir sont les critères qui permettent de dire qu'il y a une occasion nette de but qui a été stoppée par l'intervention de monsieur Beraldo".

 

Une erreur de chaque côté ?

Autre décision contestée et contestable, même pour un observateur Rouge et Bleu, le but refusé à Jordan Veretout, alors que Luis Henrique ne semblait pas occuper une position de hors-jeu passif.

"Ce joueur (Luis Henrique), au moment de la frappe, est en position de hors-jeu. C'est une position qui est claire. De par sa très grande proximité avec le gardien de but, il influence forcément sa capacité à pouvoir intervenir. Par conséquent, au sens des lois du jeu, le but est refusé puisqu'un joueur qui influence la capacité d'un adversaire à intervenir, sa position devient sanctionnable. Dans ce cas-là, il est collé au gardien de but.", a ainsi tenté de clarifier M.Bastien.