Martinez, Agüero ... les attitudes limites des Argentins

alt null
  • Publié : 22 décembre 2022 à 11:25
  • Dernière modification : 24 octobre 2023 à 11:48
Depuis dimanche soir, certains Argentins enchainent les célébrations limites à l'encontre de Kylian Mbappé. Mais pas que.

Une rivalité est-elle en train de naître entre la France et l'Argentine ? Depuis la victoire des Bleus en 8èmes de Finale du Mondial russe en 2018, l'équipe, mais aussi le peuple Albiceleste semblent nourrir une sorte de haine pour nos Tricolores. Et cela pourrait bien devenir réciproque.

 

Déjà avant le début de cette Coupe du monde, des “supporters” argentins présents au Qatar s'étaient fait remarquer en entonnant un chant raciste envers Kylian Mbappé et d'autres joueurs noirs de l'Equipe de France. Puis, pendant et après la Finale épiquement remportée face aux hommes de Didier Deschamps, ceux de Lionel Scaloni ont enchainé les provocations.

 

Si on sait qu'ils n'ont jamais été des modèles de courtoisie (on l'a notamment vu lors du Quart face aux Pays-Bas), les Leandro Paredes (sur le banc pour l'occasion), Rodrigo De Paul ou encore Cristian Romero ont ce vice qui rend les Ciel et Blanc très compliqués à jouer. Mais si encore cela restait sur le terrain…

 

Car après le coup de sifflet final, ça a tourné au ridicule. Déjà Sergio Agüero. Probablement jamais aussi omniprésent que depuis qu'il a pris sa retraite, l'ancien attaquant de Manchester City, présent dans la délégation argentine pour la Finale, s'est fait remarquer pour une insulte très limite envers Eduardo Camavinga : "Camavinga caro de pinga", soit “Camavinga, tête de b*te”.

 

Mais celui vers qui se tournent tous les regards est Emiliano Martinez. Auteur d'un geste obscène lors de la réception de son trophée de Meilleur Gardien du tournoi, le portier d'Aston Villa a ensuite invité ses coéquipiers à observer “une minute de silence…pour Mbappé”. La raison ? Les propos de l'attaquant parisien il y a quelques mois quant au manque de rythme de haut-niveau dans les Championnats sud-américains et les prétendues répercussions que cela a sur leur niveau international.

 

Mais “Kyks” semble être définitivement entré dans la tête de Martinez avec son triplé et son tir-au-but infligés à ce dernier. En effet, lors de la parade en bus dans les rues de Buenos Aires, le dernier rempart des Villains s'est pavané avec une poupée à l'effigie du crack de Bondy, le tout sous les yeux d'un Lionel Messi qui n'a pas réagi (doit-on lui en vouloir ? à chacun de se faire son avis).

 

Quoi qu'il en soit, Emiliano Martinez a rejoint Marco Materazzi comme “ennemi public" des Français.